lienlien
TOP-SITES
SOUTENEZ HS MAINTENANT !





 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Modes vestimentaires [Underco.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
MessageSujet: Modes vestimentaires [Underco.]   21.05.13 17:02


Die Kaiserin

avatar

→ MESSAGES : 101
→ CITOYENNETÉ DEPUIS : 01/03/2013


Die Kaiserin




Modes vestimentaires
Talons hauts et cravates de latex.


Volutes de fumée, éther argenté et chevelures riches. La mode à La City est foncièrement fétichiste, artificielle, provocante et révélatrice. Dans un monde aux accents clairs-obscurs, les dames de la City revêtent couleurs criardes et bijoux très lourds, longues chevelures colorées, platine ou obsidienne. Le canon du moment est aux matières très opaques ou, au contraire, très légères. La tendance est au latex, au cuir et à la dentelle vaporeuse, de tous les tons, de toutes les couleurs. La mode masculine se fait plus conservatrice, mais le clinquant est toujours de bon goût, lorsqu'on a les moyens de s'en offrir. Si Queen a lancé la mode du jais pour le sérieux qu'il confère, King a fait éclore la cravate de soie dans le milieu de la mode, qui ne jurait que par celles de latex. En outre, les hommes élégants portent toujours le veston. Même porté sur un pantalon de cuir, de latex ou de denim, il demeure l'article le plus distingué de la garde-robe de l'aristocrate. Chaussures vernies sont toujours de mise dans les cercles les plus sélects, alors que les dames étirent leur silhouette grâce à des talons hauts vertigineux. Plate-formes ou escarpins, tout est permis, dans la couleur aussi.

La City est sans conteste une ville gouvernée par une stricte hiérarchie sociale. Celle-ci se décline à travers vêtements, chaussures, atours et charmes divers. Tout comme à l'intérieur d'une horloge, les engrenages sont tous à leur place et font tourner l'immense machine de l'hermétique monde des tendances vestimentaires. Vous êtes donc avertis : ne vous prenez pas le doigt dans l'engrenage et évitez les faux-pas vestimentaires.

MODE CORPORELLE



Dans une société où l'inanition est proportionnelle à l'importance des diamants, la tendance est aux silhouettes graciles, minces et sveltes. La taille est fine, sculptée, ciselée et accentuée par un bassin et une poitrine plus volumineux. Les seins sont galbés, lourds et très ronds, les fesses rebondies et fermes. On tolère mal l'apparence des muscles chez les femmes qui doivent néanmoins en maintenir le tonus et la fermeté. Il est très difficile, voire impossible, d'atteindre cet idéal de beauté sans avoir recours à la chirurgie ou aux drogues. L'utilisation du Cherry Bomb est parfois l'unique recours qu'ont les femmes de La City afin de satisfaire aux canons de la mode, même si une exposition prolongée peut conduire à des effets particulièrement indésirables.

Pour ces messieurs, la mode est beaucoup moins stricte. Quoique les dames exècrent les silhouettes disproportionnées, elles sont moins exigeantes. La tendance est, bien entendu, aux muscles saillants et découpés, aux abdominaux ciselés et aux bras puissants, mais aussi au teint hâlé et aux yeux clairs. King est sans conteste l'étalon-or dans le domaine et les pâles copies qui arpentent les rues de la City sont nombreuses. Les dents doivent être blanches, impeccables, les mains puissantes et veineuses, les jambes puissantes et les fesses galbées.


MODES CAPILLAIRES



Les dames qui respectent les commandements de l'industrie de la mode portent une chevelure très longue. La tendance du moment est aux antipodes : soit une chevelure aux lignes droites, soit une tête auréolée de lourdes et larges boucles. Quoiqu'il en soit, plus la chevelure est longue, plus elle est synonyme d'ascension dans l'échelle sociale. Néanmoins, il ne faudrait pas qu'elle dépasse le haut des cuisses, puisqu'elle deviendrait synonyme de malpropreté. Les femmes à la chevelure rasée sont automatiquement associées aux putes bas étage qui fourmillent à la Rusted Cage. Aucune femme qui se respecte n'irait jusqu'à se raser le crâne. Celles qui n'ont eu d'autres choix portent la perruque qui, soi dit en passant, est également très à la mode. D'ailleurs, en ce moment, les perruquiers font fortune à La City et exercent leur art sur une base quotidienne. Leurs oeuvres sont colorées, excentriques et, surtout, recherchées de tous. Une bonne perruque peut se vendre très cher et attirer la convoitise des plus fortunées aristocrates.

Les coiffures sont hautes, lourdes et complexes. Souvent entremêlées de bijoux, les mèches sont bien définies, le cheveu doit être soyeux. La matière première est la chevelure, de sorte que les breloques et épingles à cheveux servent uniquement de décorations. Les chignons sont maintenus par d'autres mèches tressées ou nouées. On autorise les rastas s'ils sont parcimonieux et les tresses si elles sont minces et bien lustrées. La chevelure libre est signe de sensualité, la coupe est précise et la pointe rarement filasse, toujours très droite. Les obliques, les franges en biseaux sont représentés à outrance dans les rues de la City, mais leur beauté ne se dément pas.

Chez les hommes, les coupes classiques sont associées au prestige et au pouvoir. Tout businessman porte les cheveux courts ou mi-courts. Les coupes qui descendent plus bas que les joues sont tenues en faible estime. Il faut croire qu'ils observent des commandements antagonistes à ceux des demoiselles. Les teintes de couleur sont acceptables, si elles se rapprochent du carmin, du platine, du doré, du vénitien et du bleu royal. Les teintes neutres sont chaudes, les teintes excentriques beaucoup plus froides, sombres et feutrées. Mais peu importe la couleur de la chevelure masculine, celle-ci est souvent dissimulée sous un chapeau, qu'il soit de type borsalino italien ou chapeau melon.

CHAUSSURES

Les escarpins, chaussures compensées ou à plate-forme, talons aiguilles. Qu'ils soient très voyants ou plus neutres, l'important, c'est qu'ils soient vertigineux. Parfois couverts de pointes de métal, de pierres précieuses, d'étoffe coûteuse ou de fourrure, les chaussures se déclinent sous de multiples formes, mais sont toujours aussi importantes pour rendre compte du statut social de celle qui les porte. Comme tout à la City transpire le stupre et le faste, il est impératif pour les dames de bonne fortune de rivaliser d'ingéniosité pour se faire remarquer de cette cour hautaine et autarcique. Tout récemment, les riches dames de la ville ont lancé la mode des chaussures travaillées, aux détails exponentiels. Les designers de chaussures ont donc produit pour ces riches clientes de véritables pièces d'orfèvres mêlant métal, feuilles d'or et d'argent, pierres précieuses, verre et latex. Pas la peine de mentionner que lesdits chefs-d'oeuvres valent une fortune dans les magasins haute couture.

Chaussures de brodequin, richelieu de cuir brossé ou poli, chaussures Derby au fini mat ou laqué. Les coupes classiques sont de mise. Elles demeurent élégantes, subtiles et distinguées. Il est coutume de les faire vernir ou polir par des vernisseurs, souvent des enfants, qui courent les rues du quartier des affaires. Les plus riches messieurs ont leur propre vernisseur à domicile qui s'assure que les chaussures soient toujours impeccables, propres et bien laquées. King a lancé la mode des chaussures bateau, tellement plus chics durant la pratique d'un sport, que tous s'arrachent actuellement.

ACCESSOIRES



C'est ici que se révèle le caractère fétichiste et lubrique de La City. Cravaches, fouets, gants de latex et bijoux de cristal sont monnaie courante. Portés avec certains types de tenues, ils rappellent au peuple qu'il est le dominé et qu'ils sont les dominants. Les chaînettes sont portées à toutes les occasions, en pendentifs, colliers, bracelets, ceintures, voire même intégrées aux coiffures. On fait de plusieurs matières des oeuvres d'art : verre poli ou translucide, cristal coloré ou non, pierres précieuses (avec le diamant en tête, bien entendu), or, argent, platine, nickel, chrome, perles, sangles de cuir...Apprêtés à toutes les sauces, ces matières deviennent rivières de pierres précieuses, montres, pendentifs, bagues, bracelets, colliers, gourmettes, torque, sautoire, fibule, ferronière, diadème, boucles d'oreilles et diverses épingles à cheveux. En outre, la mode n'est pas à la légèreté et plutôt à l'excès, à la lourdeur et l'encombrement, quoiqu'une nouvelle mode d'austérité et de sobriété soit en train d'émerger sous l'impulsion de la législatrice. Une chose est sûre, la tendance est à l'antithèse.

Tout comme les femmes de la ville, les hommes sortent rarement sans leurs accessoires, Ceux-ci sont aussi variés que ceux employés par les dames, mais sont surtout très utilitaires. Le pragmatisme sans sacrifier à l'esthétique. Les montres, montres gousset et gourmettes sont la norme. Les plus fortunés possèdent une chevalière sertie de pierres précieuses, formée d'or blanc et de platine. Les moins bien nantis optent pour la chevalière en argent ou pour le plaqué or sur nickel. Néanmoins, ce qui fait fureur chez les gentlemen, c'est sans conteste la dague, le poignard ou le stiletto, qu'on porte sous le pantalon, sanglé au mollet. Plus ils sont incrustés de filons d'or, d'argent ou de platine et sertis de pierres précieuses, plus ils sont coûteux et rares. Les pistolets sont également au goût du jour. Portés à la ceinture, ils reflètent le statut social de celui qui les montre fièrement.

MAQUILLAGE

UNDERCO.


Dernière édition par Helter Skelter le 31.05.13 0:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helterskelter.forum-canada.com
MessageSujet: Re: Modes vestimentaires [Underco.]   21.05.13 17:43


Die Kaiserin

avatar

→ MESSAGES : 101
→ CITOYENNETÉ DEPUIS : 01/03/2013


Die Kaiserin




Mode féminine
Cravaches et porte-jarretelles.


Métronome au rythme brisé. Les tailles sont soulignées, les hanches bien dessinées, les coupes droites ou en biseau, le mélange des matières, le brut des contours, la netteté des imprimés, l'éclat adamantin d'une peau offerte ou couverte...Mais qu'en est-il véritablement ? Est-ce que toutes ces dames succombent effectivement aux commandements tranchés de l'industrie de la mode ? Certes pas. La City n'est pas étrangère au concept de libre-arbitre. Comme dans notre monde pourri, tous peuvent porter un sweatshirt jaune serin avec un pantalon de cycliste (quoique ce ne soit pas conseillé) et la mégalopole n'échappe pas à cette implacable réalité. Mais dans les entrailles dorées du monstre urbain, nul n'ignore que la seule façon de grimper dans l'échelle sociale, c'est de troquer ces confortables jeans pour revêtir une jupe lustrée au tissu crissant et d'abandonner les Converse pour s'éreinter dans les derniers escarpins de treize centimètres.

Comme vous pourrez le constater, la mode est très différente selon l'endroit qu'on fréquente à La City. La mode urbaine diffère de celle des banlieusards. Et les nobles ? Ils sont dans un monde à part, bien entendu.

LA NOBLESSE



Elles aiment le scandale. Croulent sous la masse astronomique de bijoux qu'elles arborent. Font tout à l'excès, sans demie mesure. Leurs matières fétiches sont le latex, le cuir, la dentelle, la fourrure, le velours et le sequin. Manteaux sertis de pierres précieuses, poitrines engoncées dans la dentelle, robes cocktail trop courtes, avec volets ou coupe oblique, corsets aux effets translucides, ne sont que des exemples de ce qui fait fureur chez les aristocrates.


LES CITADINES



UNDERCO.

LES BANLIEUSARDES



UNDERCO.

LA CLASSE MOYENNE



UNDERCO.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://helterskelter.forum-canada.com
 

Modes vestimentaires [Underco.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Helter Skelter :: 
No Man's Land
 :: Sous l'oeil des gratte-ciels :: Annexes
-